10.000


Univers de la campagne : Antiquité

Système de jeu : D6

MJ : dariolantik

Nombre de joueurs : 4

Rythme :

Standard (1 post / 3 jours)

Exigence :

Standard (action décrite correctement, quelques pensées, ...)

Les 10.000 sont les meilleurs mercenaires de tout le monde grec. Hoplites d’Athènes et de Sparte, archers crétois, cavaliers de Thessalie, éclaireurs d’Arcadie… Ils sont engagés par le jeune prince Cyrus afin de destituer son frère aîné, Artaxerxés, maître de l’empire perse. Les mercenaires se rappellent encore des prédictions de l’Oracle, au début de la campagne. Les mains encore rougies par le sang du sacrifice, il s’est tourné vers les 10.000 :


-Ecoutez moi puissants guerriers de Grèce, voici le message des dieux : la victoire sera votre et Babylone s’inclinera devant votre puissance !


Les clameurs des soldats résonnent dans tout Héliopolis et finissent même par attirer l’attention des maîtres de l’Olympe. La vallée des Lunes dans l’orient lointain, au pied des murs de Babylone.


-Cyrus est mort.


La nouvelle s’est répandue parmi les hommes comme un feu de paille: leur commanditaire est mort le jour de sa victoire. Frappé d’une flèche en plein coeur au début de l’assaut. De son cheval, Xenophon, le stratège des 10.000, contemple la ville de celui qui voulait devenir le roi des rois.


-La fortune joue les putains avec nous Xenophon…


Archagoras, le banni d’Argos, chef de la cavalerie, ne peut masquer son dépit.


-L’oracle nous avait prédit la victoire militaire, nous l’avons obtenue mon ami : Babylone est à nous.
-Pour combien de temps ? Les troupes perses qui s’étaient ralliées à Cyrus commencent déjà à se disperser et les légions d’Artaxerxés seront bientôt là… et qui va nous payer ?
-Maintenant que Cyrus est mort, Babylone la promise n’est plus qu’une catin… Mettez la ville à sac, nous partons demain.


Alors que la nuit s’est abattue sur la plaine, dans les ruelles de Babylone, des soldats ivres et dépités échafaudent un plan funeste :


-C’est c’te salopard d’Oracle qui nous a menti je te dis moi !
-Ouais, t’as raison nous z’vait promis la victoire, tu parles d’une putain de victoire ouais.
-Y’ vas nous servir à quoi notre or quand les perses nous tomberont sur le râble hein ?
-Moi j’dis qu’on le retrouve cet emmanché d’oracle et qu’on lui donne une ‘tite leçon !
-Ouais chuis sûr qu’il l’aura pas prévu ça !


L’ivresse étant mère de la bêtise, les conspirateurs se découvrent rapidement des alliés dans les rangs des 10.000. Ils sont bientôt une dizaine à se diriger vers la tente de l’oracle, aux moqueries succèdent les injures, le dépit se change en haine et les insultes en glaives. De l’oracle il ne reste bientôt plus que des membres laissés aux vautours et du sang sur les armures. Les stratèges et les héros capturent les sacrilèges et les mettent à mort. Mais il est déjà trop tard. Au sommet de l’Olympe, le tonnerre gronde. Le lendemain, alors que les 10.000 quittent la ville, l’oracle, revenu
d’entre les morts se dresse sur leur route et s’adresse à eux, d’une voix qui semble recouvrir toute la plaine :


-Ecoutez moi bien misérables soudards, car par ma bouche c’est maintenant Zeus qui s’exprime. Vous avez commis un sacrilège : vous avez tué l’interprète des dieux de l’Olympe. Vous avez mis en doute et bafoué leurs voix et leurs conseils. Pour l’instant vous voilà gorgé de sang et d’or mais pour votre acte impie, Zeus laissera les Perses vous ouvrir le ventre pour récupérer leurs biens et il condamne vos plus grand héros à un destin funeste s’ils ne prouvent pas leur valeur.


Puis le corps de l’Oracle s’effondre et se change en poussière avant d’être emporté par le vent. Les Dieux de l’Olympe sont tout puissants. Mais ils sont également mesquins, vicieux et rancuniers. Et pire que tout, ils s’ennuient. Ils comptent sur les 10.000 pour leur offrir un spectacle comme ils n’en ont pas connu depuis la guerre de Troie. Du haut de son palais royal, Artaxerxés contemple sa ville saccagée par les grecs. Il n’est plus que colère et rage lorsqu’il s’adresse enfin à ses généraux :


-J’ornerais les murailles de Babylone avec les têtes des 10.000, ordonnez à toutes mes légions de pourchasser les mercenaires et que l’on fasse sortir de leur geôle les prêtres d’Ahriman le sombre !
-Mais Roi des rois…
-Maintenant ! L’empire Perse ne connaîtra pas le repos tant qu’un seul de ces chiens grecs possèdera un souffle de vie et si je dois m’associer au Fléau des mondes pour accomplir ma vengeance, qu’il en soit ainsi !


Les 10.000 sont isolés au milieu du plus grand empire connu, cernés par leurs ennemis et maudits par leurs dieux. Ils comptent sur vos personnages, leurs héros, pour les ramener chez eux. Les dieux vous accorderont leurs faveurs afin de prolonger le spectacle. Mais à chaque faveur que vous acceptez vous devenez un peu plus leur jouet. En limitant l’influence des dieux sur votre vie et en sauvant celle de vos compagnons vous échapperez, peut-être, à votre destin.

Participants

Stepha Ne
L058
Boulard
Baudelaire

Messages au fil du temps, par mois